Ma reprise à 80% : pourquoi je ne regrette absolument pas !

Nous sommes nombreuses à nous poser légitimement beaucoup de questions quant à notre reprise du travail: quand ? comment ? est-ce que je reprends comme avant, est-ce que je pose un congé parental ou est-ce que je réduis le rythme avec un temps partiel ? C’est vers cette option que je me suis tournée après avoir eu Margaux, et je vous explique surtout pourquoi je ne regrette absolument pas cette décision !

Congé parental ou reprise à temps partiel ?

Enceinte de mon premier enfant, je suis naturellement partie en congé maternité avec beaucoup de questions logistiques et d’organisation sur l’arrivée de bébé: le mobilier l’équipement etc… mais rapidement les questions autour de la garde de Margaux et de la reprise du travail sont arrivées. J’avais déjà posé quelques semaines de vacances après la fin du congé mat’ car je ne me sentais pas de reprendre à la date prévue, soit autour des 2,5mois de bébé. Je sais que beaucoup d’entre nous n’ont pas le choix et d’autant plus quand on travaille à son compte mais j’avais cette possibilité-là et elle m’a permis de garder la petite un bon mois supplémentaire et de reprendre le travail un peu plus sereinement…

Assez tôt pendant mon congé mat’ j’ai réalisé que je voulais reprendre le travail à temps partiel. Je travaillais loin de mon domicile (environ 1 heure de trajet chaque matin et soir) et je faisais des gros horaires. En gardant ce rythme je n’aurais quasiment pas vu la petite de la semaine … Je savais aussi, de l’autre côté, que je ne voulais pas prendre de congé parental pour m’occuper d’elle à 100%. Cela pour des raisons financières déjà, mais aussi parce que je suis de celles pour qui le travail sert aussi de « soupape » et peut presque bizarrement être considéré comme un « moment pour soi ». A noter qu’une option était aussi de prendre un congé parental pour monter mon auto-entreprise et pouvoir gérer mon temps avec une nouvelle activité mais c’est « interdit » (pas d’allocation sinon) donc j’ai choisi l’option temps partiel que je vous explique un peu plus en détails ci-après.. Pour celles qui veulent en savoir davantage sur le congé parental, je vous conseille d’aller lire le super article sur ce sujet de Virginie du blog « Ne le dites à personne » (lien ici –> Ce que le congé parental m’a fait perdre).

Un temps partiel oui mais à combien de % et à quel rythme ?

Tout d’abord il faut savoir que par temps partiel, la CAF entend une durée de travail hebdomadaire au-dessus de 16heures (~un peu moins de 50%) et jusqu’à 80% du temps de travail prévu par le contrat initial.

J’étais d’abord très tentée par un 50% mais je savais qu’au niveau de l’entreprise cela serait très mal vu et que l’on me changerait de poste à coup sûr (j’avais quelques responsabilités et le travail était si prenant que le mi-temps n’aurait pas pu l’honorer). Comme les allocations CAF ne duraient que 6 mois, qu’elles ne permettaient pas de compenser la perte en salaire et que l’arrivée d’un enfant c’est aussi beaucoup de dépenses, j’ai finalement décidé qu’un 50% était trop risqué et j’ai opté pour un 80%, très répandu en post maternité car il permet de dégager une journée par semaine pour s’occuper du nouvel arrivant.

Tu vas prendre un temps partiel mais tu devras travailler encore plus les autres jours au boulot

Le risque du 80% c’est de faire 100% du travail mais en 4 jours…
En discutant autour de moi et avant de prendre ma décision j’ai beaucoup entendu dire ça… « tu vas prendre un temps partiel mais tu devras travailler encore plus les autres jours au boulot… « .
C’est pas faux, mais je pense que tout dépend de la situation et du travail de chacune. C’est le point suivant qui avait été décisif dans ma réflexion. Peuvent être « perdantes » à prendre un 80% celles qui arrivent -c’est paradoxal- à bien « gérer » leur agenda et leurs horaires. En effet si l’employeur ne rabaisse pas ses exigences, vous pourriez bien être tentée par faire des heures supplémentaires en semaine pour compenser…
Mais si comme moi vous avez un job qui vous demande autant de temps que vous êtes prête à donner, c’est à dire un temps illimité car ce n’est jamais fini, cela peut justement être compatible avec un temps partiel. Même si cela nous arrive à toutes d’ouvrir l’ordinateur à la maison le soir pour essayer de limiter le retard dans les projets , il ne tient qu’à vous dont le travail n’est jamais fini, soit de réduire la voilure de vos horaires les jours travaillés, soit de garder le même rythme « infernal » qu’avant mais au final vous n’avez pas grand chose à perdre ! Je ne sais pas si j’ai réussi à vous retranscrire clairement la logique de cette réflexion ou si vous partagez ce point de vue, mais n’hésitez pas à réagir en commentaire ou à m’écrire pour me poser vos questions 🙂

Il est aussi important de noter qu’un 80% ça n’est pas forcément une journée de travail en moins dans la semaine. On peut aussi tout à fait demander 5 jours de travail raccourcis (une journée ferait un peu moins de 6heures sur la base d’un 35h) mais si comme moi le travail n’est pas à la porte d’à côté, cette option n’est pas un bon plan car votre temps de trajet et les coûts associées resteraient inchangés!
J’avais donc la crainte que ça soit ce que me propose mon entreprise, car oui, même si on respecte les conditions d’ancienneté pour avoir à coup sûr le temps partiel, le choix du jour ou du rythme peut, lui, être fait par l’entreprise. Votre employeur peut tout à fait vous dire qu’il vous accorde le 80% sans vous donner votre jour demandé !
A l’époque, j’avais demandé le jeudi car cela faisait une coupure dans la semaine. Comme Margaux n’est pas soumise aux rythmes scolaires, je ne souhaitais pas non plus prendre de mercredi qui est le jour officiel des enfants et donc toujours plus « bondé » dans les parcs, pour les rdv pédiatre etc. Mon entreprise m’a refusé le jeudi mais m’a proposé à la place le mercredi ou le vendredi donc OUF pas l’option de 5 jours réduits. Donc aujourd’hui je suis OFF le vendredi, ce qui me convient tout à fait au final !

20% de travail en moins pour une journée 100% bébé : vrai ou faux?


Ouais. Bon c’est là que ça commence à se corser. Alors même si le jeudi soir, quand je termine ma semaine de travail, on m’envie un peu au boulot et on me souhaite un bon week-end le sourire en coin, ce n’est pas une journée de tout repos qui m’attend le lendemain pour autant ! C’est aussi pourquoi je peux dire que je ne suis pas faite pour être une mère au foyer et que c’est un boulot à part entière dans lequel il faut avoir les nerfs bien accrochés !
Ce qui est sûr (ou presque…) c’est que pendant cette journée en moins, je n’allume pas l’ordi pour checker mes mails pro sinon je perds 20% de mon salaire pour rien… mais est-ce que pour autant je profite à 100% de mon temps avec Margaux ? non plus…
Cette journée c’est avant tout une journée de semaine où caler tous les rendez-vous, notamment ceux du pédiatre, une journée pour faire les courses, le ménage et toutes les choses ludiques et captivantes d’une vie de maman… Donc oui on rigole bien et j’apprends à la petite à étendre les habits sur l’étendoir et à plier ses bodies mais ce n’est pas une journée de vacances et de détente !
En revanche, c’est une journée qui me permet de commencer mon week-end de manière plus sereine, en ayant déjà bien avancé sur ma TO DO LIST et en ayant moins de choses à faire rentrer au chausse-pieds dans mon samedi, pour plus de temps à profiter tous les 3 !

Cela fait donc maintenant un peu plus d’un an que j’ai repris le travail et je m’efforce de faire des horaires « raisonnables » en semaine même si bien sûr je fais des heures supp quand c’est nécessaire. Je m’occupe de Margaux le matin et la dépose chez la nounou et rentre souvent à l’heure du coucher. Le papa gère la fin de journée et la soirée.
Alors même si ce vendredi « OFF » est signe d’activités non-stop, il est aussi synonyme de temps passé avec Margaux dans les activités quotidiennes où je crée du lien avec elle; de temps ensemble qui compense les soirées trop courtes / voire inexistantes de la semaine. C’est aussi une journée qui me permet de ne pas craquer au boulot en me disant que je n’arrive pas à être suffisamment là pour ma famille (donc opération gagnant-gagnant aussi pour l’employeur) et une journée qui me permet de pouvoir profiter à fond de mon week-end derrière en famille avec le papa !! Pour ces raisons entre autres, le 80% est clairement pour moi l’option qui me convenait, d’ailleurs je l’ai déjà prolongé d’un an (donc il sera encore valide à mon retour de congé mat de bébé 2).

J’espère que mon cheminement vous aura aidé à avancer dans votre reflexion. Je vous ajoute plus bas quelques infos pratiques sur le temps partiel (conditions, montant des allocations, etc) pour vous aider si besoin.

Des bisous

INFOS PRATIQUES :

Puis-je changer le rythme de mon temps partiel (passer d’un 80% à un 50% par ex), pendant les 3 ans où je suis éligible?

Le congé à temps partiel est valable pour une durée d’un an et renouvelable jusqu’au 3e anniversaire de l’enfant dans le cas d’un premier enfant. S’il est possible de passer d’un temps partiel à un congé parental / arrêt à temps complet, il n’est pas possible de changer de rythme de temps partiel (sauf accord de l’employeur ou convention collective qui va dans ce sens).

Quelle niveau de prestation suis-je en droit de recevoir ?

Au niveau des allocations CAF, voici ce que l’on peut avoir pour un temps partiel post-congé mat, selon les % de temps travaillé (montant précisés par la CAF entre le 1er avril 2018 et jusqu’au 31 mars 2019. On parle d’allocation PreParE (Prestation partagée d’éducation de l’enfant) et c’est sous conditions de ressources (pour savoir si vous êtes éligible rendez-vous directement sur le site de la CAF ou cliquez ici ) :
> 256, 01 € par mois pour une durée de travail inférieure ou égale à un mi-temps
> 147, 67 € par mois pour une durée de travail comprise entre 50 % et 80 %.
A savoir que pour un premier enfant, une maman peut toucher cette prestation pendant 6 mois si elle vit en couple, et jusqu’à 1 an si elle vit seule (à percevoir jusqu’au premier anniversaire de l’enfant max). A partir du second enfant, ce sont 24 mois de PreParE qui peuvent être versés et ce jusqu’au 3eme anniversaire de l’enfant

Et le papa dans l’histoire ?

Le papa peut lui aussi tout à fait prendre un congé parental ou un congé partiel s’il le souhaite. Il est cependant, tout comme pour la maman, nécessaire de remplir certaines conditions :
> Premier enfant: le papa peut bénéficier de 6 mois d’allocations (si vous vivez en couple ou 1 an si vous vivez chacun de votre côté), jusqu’au 1er anniversaire de l’enfant
> A partir du 2e enfant: le papa peut, comme la maman, avoir 24 mois max (si vous vivez en couple ou jusqu’au 3 ans de l’enfant si vous vivez chacun de votre côté), dans la limite du troisième anniversaire

Publicités

2 réflexions sur “Ma reprise à 80% : pourquoi je ne regrette absolument pas !

  1. Virginie Neleditesapersonne dit :

    Merci pour la citation !! Et bravo pour ta gestion du 80%, apparemment tu as réussi à éviter les principaux écueils 😉 Cela dit je remarque que pour beaucoup d’entreprise encore, on autorise le 80% mais on ne diminue pas pour la autant la charge de travail….. mais on diminue bien le salaire. Hmmmm cherchez l’erreur !! 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s